Le pouvoir transcendant du rire

  • – Oups, dit en riant le petit homme, qui vient de casser la fenêtre.
  • – Regarde ce que tu as fait, espèce de bon à rien, hurle la mère.
  • – Ah, ces jeunes, ils ne connaissent plus la valeur des choses, s’exclame la voisine.© Mattéo Demon

L’enfant rit de sa bêtise, il n’y a pas mort d’homme. Il s’excuse, reconnaissant sa bêtise, il n’a pas fait exprès, il fera attention la prochaine fois. Et si on lui demande gentiment, il tondra la pelouse, en compensation. Cependant, si on lui tombe dessus en le traitant de tous les noms, si on l’injurie de toutes les façons, il ne comprendra pas. Blessé, il pourra même en vouloir au monde des adultes. Sa mère a eu une enfance difficile où elle n’avait pas tout ce qu’elle voulait? Son père travaille dur, et voilà que le morveux gaspille l’argent gagné !? Ils n’ont pas guéri leurs propres blessures, ils les transmettent en procédant ainsi.

Comment cet enfant pourrait-il deviner ce que ses parents ont vécu ? Ce n’est pas sa réalité. Comment pourrait-il savoir ce que vaut l’argent, si on ne le lui apprend pas ? Comment pourrait-il savoir comment est le monde, si on le laisse regarder la télévision toute la journée, où la pub nous vante que l’on peut tout avoir, pour pas cher, et tout de suite ? Chacun vit une réalité, emprunt de son histoire et du filtre avec lequel il regarde la vie. Que faire alors ?  Communiquer, entrer en relation avec l’autre, pour lui transmettre notre perception des choses, et apprendre à connaître celle de l’autre. Délivrer une morale basée sur des croyances, ou utiliser la menace ou la peur pour dominer l’autre n’a pas une grande valeur. Enfoncer l’autre, lui laisser croire que la vilenie de son acte est égal à la vilenie de son âme est la pire des choses que l’on puisse lui faire, et encore plus à un enfant, qui a encore tout à apprendre de la vie. Il faut apprendre à différencier « l’être » du « faire ». rire

Rire d’une bêtise est un acte de transcendance qui permet de dépasser cela et de préserver son estime de soi.  L’humour fait partie des 24 forces menant au bonheur, démontré par la psychologie positive (Peterson et Seligman). Voyez comme se multiplient à la radio et la télévision, les émissions de rire, d’humour et de dérision, à en devenir presque insupportant parfois ? Et si c’était un moyen qu’ont trouvé certaines personnes, pour ne pas sombrer dans la morosité ambiante ou dans la déprime, là où les médias nous assomment à coup de crise et de mal-être ambiant ? Rire est seulement le premier pas, mais il faut toujours un premier pas pour évoluer.