Le bonheur au travail : une histoire de motivation avec le flow

Lorsque j’interviens sur le bonheur au travail, j’interviens là ou scientifiquement, on peut l’amélioration : relation à soi, relation aux autres, relations à son activité et relation à son environnement. Je rappelle que l’approche classique n’essaie d’intervenir que vis à vis de l’environnement extérieur (je n’ai pas dit : relation à l’environnement). Or les conditions extérieures ne représentent que 10 à 20 % de notre bonheur. Lorsqu’on peut améliorer l’environnement, oui, il faut le faire. Cependant, dans nos pays développés, les conditions de sécurité au travail sont déjà bien optimisées, et quand on cherche à jouer uniquement sur cela, on n’améliore rien, le mal-être est toujours présent, ou alors on engendre du pire. C’est ainsi que certaines organisations ayant cru que le bonheur était dans l’open space ont vu le mal-être augmenter : les gens n’ont plus d’intimité et d’espaces de liberté. Tout le monde ne rêve pas non plus d’un babyfoot à la salle de pause, ou de faire du sport pendant le boulot.

Je donne régulièrement des conférences et des ateliers pratico-pratiques sur la relation à l’activité : au travail, c’est essentiel. Je me base, entre autre, sur le flow. J’ai déjà formé des agents et des cadres des collectivités territoriales à ces principes, qui s’avèrent universels. C’est pourquoi laurence Malherbe, cadre A de la territoriale, me cite dans son article. A lire ici si vous êtes connectés sur linkedin>>>>

Pour celles et ceux que cela intéresse, nous avons rédigé plusieurs articles sur la E-Communauté Management Public Territorial du CNFPT qui abordent la théorie du flow, voir notamment les travaux de Marie-Pierre DEMON FEUVRIER sur le bonheur au travail. Laurence Malherbe

Voir aussi une video ici>>>