La psychologie positive n’est pas la pensée positive

Les québecois en parlent bien ! (lien audio en fin d’article). Avec mon doctorat, je me suis formée à la psychologie positive, basée sur la recherche scientifique. Au Québec, cette approche est plus développée qu’en France, et les principes commencent déjà à être appliquée à l’école ou au travail. Intervenir en se basant, comme je le pratique, sur la psychologie positive, c’est intervenir en prenant en compte la promotion de la santé des individus. C’est miser sur l’optimum du développement des individus (l’épanouissement) et des organisations (l’accomplissement ou performance collectifs). J’ai le plaisir de vous indiquer le lien audio d’un québécois qui en parle à la radio, ici.